Actualités

SOLIDAIRES AVEC LES FAMILLES OCCUPANTES DES LOGEMENTS DE NIMES

 

Les familles occupant depuis septembre 2019 à Nîmes des logements abandonnés appartenant à la Sté ICF HABITAT ainsi que l’association locale du DAL (Droit au Logement) ont ete convoquées devant la justice.

La décision que pourrait prendre le tribunal de les expulser sera prise le 3 mai 2021.

Une vaste mobilisation a déjà permis d’affirmer la solidarité de citoyen·e·s, d’associations ou d’organisations. 

Rappelons que ces familles - dont la plupart ont des enfants - ont trouvé là un moyen de fuir les dangers de la survie dans la rue ou dans des foyers. Cette situation de relogement a permis à chaque famille de scolariser ses enfants, parfois de trouver du travail, mais aussi de déposer des demandes récurrentes pour accéder à des logements sociaux ou pour obtenir des papiers. Ces familles n'aspirent qu'à vivre, étudier et travailler ici

Pour permettre à ces familles d'obtenir une autonomie sociale et économique, il n’y a qu’une seule solution dans les mains de la Préfecture du Gard : leur accorder le droit au séjour.

Rien ne s’oppose à l’usage par la préfète du Gard de son pouvoir discrétionnaire pour régulariser la situation de ces familles qui ont vocation à rester ici et dont l’intégration est engagée : scolarité des enfants, travail, bénévolat, etc.

C'est pourquoi, comme lors du rassemblement organisé le 26 mars 2021 devant la Préfecture, nous continuons à demander :

  • un logement digne pour chaque famille ;
  • des papiers pour continuer à étudier, travailler, être autonomes et vivre ;
Appel solidarité avec les familles janvier 2021
Texte de l'appel au soutien des familles occupantes de logements, poursuivies et menacées d'expulsion
Tract 18 janvier A4.pdf
Document Adobe Acrobat [155.1 KB]

Les 21 et 22 septembre 2020, la Marche des Sans-Papiers, partie de Montpellier pour rejoindre Avignon et converger avec d'autres marches jusqu'à Paris le 17 octobre, a fait étape à Nîmes. Un cortège d'une centaine de personnes a ainsi parcouru la ville le lundi en fin d'après-midi pour une soirée rue Pierre Sémard. 
Le lendemain, avant un départ pour Avignon, un nouveau cortège a accompagné les marcheurs et les marcheuses en passant au Chemin Bas d'Avignon, au Mas de Mingue, au Centre de Rétention Administrative puis au Pradha à Marguerittes.
Un parcours destiné à rappeler la nécessité d'une régularisation de tou·te·s les sans-papiers, de la fermeture des CRA et d'un logement pour tous et toutes.

Marche des Sans Papiers - L'appel du collectif nîmois
Tract Marche Sans Papiers Nîmes.pdf
Document Adobe Acrobat [238.4 KB]

Rassemblement vendredi 3 juillet 17 h Préfecture du Gard

Appel de jeunes mineurs (ou ex mineurs) non accompagnés :


La situation dans laquelle nous maintient la Préfecture n’est pas supportable. Pour la plupart, nous sommes arrivés en France depuis plusieurs années. Après avoir franchi toutes les étapes de l’accueil, balisé par l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance) du Gard, en tant que mineurs non accompagnés, nous avons pu accéder à une formation professionnelle, apprendre un métier. Dans ce cadre, nous avons rencontré des artisans, des chefs d’entreprise. Nous avons appris beaucoup auprès d’eux, mais nous avons su aussi leur montrer notre motivation et nos qualités professionnelles.

Après l’apprentissage se dessine bien souvent la promesse d’une embauche. Nous avons des projets, nous voulons créer un foyer, quitter les hôtels et louer des appartements, nous voulons passer le permis de conduire, pouvoir accomplir toutes les démarches administratives.

Cela n’est possible que si des titres de séjour nous sont délivrés. Au lieu de cela, nous allons d’APS (Autorisation provisoire de séjour) en récépissés, période d’incertitude s’étendant sur plusieurs mois, voire des années.
Nous demandons au Préfet du Gard de nous délivrer des cartes de séjour d’au moins un an, sans restriction de travail, que celles-ci nous permettent  de nous insérer complètement, d’oublier tout ce que nous avons dû subir durant notre périple.

Nous croyons au bien-fondé de notre revendication et nous tenons à l’exposer à Monsieur le Préfet vendredi 3 juillet, à l’issue du rassemblement que nous organisons à 17 h 00, Avenue Feuchères, devant la Préfecture du Gard.

Votre présence à ce rassemblement, votre soutien nous sont indispensables.

Des logements et des papiers pour tous !

 

C’est sur huit sites de la ville de Nîmes (Préfecture, Conseil départemental, Centre de rétention administrative, Hôtel de Ville, etc.) qu’un collectif d’associations, dont l'APTI, avait appelé samedi 30 mai à des rassemblements respectant les consignes sanitaires pour interpeller les pouvoirs publics sur les conséquences de la crise sanitaire pour les étrangers et pour appeler à la régularisation des sans-papiers et au respect du droit au logement pour tous.

 

Vêtus de combinaisons blanches, porteurs de pancartes ou rebaptisant une place du nom de Cédric Herrou , les manifestants ont témoigné de leur solidarité avec les étrangers, particulièrement avec les familles, relogées dans un immeuble à Nîmes par les associations et qui attendent de la part de la Préfecture du Gard leur régularisation et leur relogement. La responsabilité du Conseil départemental a également été pointée dans sa politique en direction des mineurs non accompagnés, certains étant menacés d’être mis à la rue dans les jours à venir.

 

Relayant un appel national émanant de plus de 200 associations, les organisateurs nîmois (Ados Sans Frontières, Amnesty International Groupe de Nîmes, APTI, ATTAC Nîmes, DAL 30, EELV Languedoc Roussillon, Ensemble !, Fédération anarchiste, GA LAMI, Ligue des Droits de l'Homme, PCF, Réfugiés Bienvenue Nimes, RESF, Union locale CGT de Nîmes, Union Syndicale SOLIDAIRES 30) ont voulu témoigner que la crise sanitaire actuelle pouvait devenir une « bombe » sanitaire pour les populations étrangères et que les protéger c’était aussi protéger toute la société. Au Portugal, en Italie, des procédures de régularisations sont ou vont être mises en œuvre. En France, il est indispensable que ce type de mesures s’applique également et de façon inconditionnelle.

 

Ces exigences, hier de justice et d’égalité, sont aussi aujourd’hui d'impérieuses nécessités sanitaires hors desquelles tous les discours contre la propagation du coronavirus sont vains.

Les appels pour la régularisation des sans papiers se multiplient et l'APTI les soutient

 

Pétition pour la régularisation des sans papiers

Le 24 avril 2020, 90 organisations et 200 personnalités du monde cuturel, cultuel, universitaire, associatif et syndical ont signé cette lettre ouverte au président de la République.

Vous aussi vous pouvez signer ici

Un appel soutenu par plusieurs organisations
Pour des droits au séjour pérennes.pdf
Document Adobe Acrobat [130.7 KB]

Un communiqué des Etats Généraux des Migrations

Les EGM appellent a la regularisation de toutes les personnes sans-papiers

et une lettre ouverte au Président de la République

Communiqué de la FASTI

La régularisation de tou-te-s les sans-papiers : c’est maintenant !

14 avril 2020

Communiqué de la FASTI.pdf
Document Adobe Acrobat [196.9 KB]

Fermez les centres de rétention administrative !

 

Depuis le début de l’épidémie de covid-19 la vie des personnes « retenues » est mise en danger alors que les perspectives de refoulement sont nulles, puisque, indépendamment de la légitimité des renvois, totalement contestable, leur réalisation est devenue impossible par suite même des ordres de confinement.

 

Nous appelons à la fermeture immédiate de tous les centres de rétention administrative et nous demandons que s’engage une réflexion afin de déterminer si leur réouverture après la fin de la présente crise est opportune, au regard des critiques multiples et largement argumentées, nationales et internationales, dont ils ne cessent de faire l’objet.

 

La pétition est làhttps://fermez-les-cra.wesign.it/fr

Lettre au Préfet du Gard

 

Le 21 mars 2020, plus d’une vingtaine d’associations ou organisations ont envoyé une lettre ouverte à Monsieur le Préfet du Gard à propos des conséquences de la crise sanitaire actuelle pour les populations étrangères résidant sur notre territoire.

 

La liste des signataires est la suivante :
AAFV, ACAT Gard, Ados sans Frontière, AFPS Nîmes, AMI, Amitié France Algérie, APPEL, APTI, ATTAC Nîmes, CADTM, DAL 30, Ensemble ! Nîmes, France Insoumise Nîmes, Ligue des Droits de l'Homme Section du Gard, Lutte Ouvrière, Nuit Debout Nîmes, OIP Groupe de Nîmes, Parti Communiste Français, Refugiés Bienvenue, RESF, Secours Catholique, UNIRS 30.

copie lettre au Préfet 21 mars 2020.pdf
Document Adobe Acrobat [123.1 KB]
La crise sanitaire pertube le fonctionnement de notre association, Toutefois, notre permanence hebdomadaire le samedi matin de 10 à 12 heures est assurée.
Il est toujours possible de nous joindre en laissant un message au 04 66 29 44 56 ou par mail à apti.nimes@gmail.com 

Infos pratiques

 

Permanence

samedi de 10 h 00 à midi

 

Pour toute question relative à vos démarches administratives :

- demande d'asile

- séjour

- santé

- famille, ...

 

8 bis boulevard Sergent Triaire
30000 NIMES

04 66 29 44 56

apti.nimes@gmail.com

 

Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact

 

L'APTI est membre de la